Excite

L'augmentation du Smic en 2014

L'augmentation du Smic pour 2014 était très attendue. En effet, tous les ans, en début d'année le Smic augmente en fonction généralement du coût de la vie et de l'index des prix. Cette année beaucoup de salariés avaient espéré un petit coup de pouce qui aurait pu les aider à traverser la crise.

Après l'annonce faite ce lundi par Mr Michel Sapin, actuel ministre du Travail sur l'augmentation du Smic pour 2014, les espoirs ont été déçus. En effet, celui-ci n'augmentera que de 1,1% soit l'augmentation normale sans qu'aucun geste supplémentaire n'ait été fait.

Seule la hausse légale a été prise en compte. Le Smic horaire s'élèvera donc à 9,53 euros bruts au 1er janvier 2014 alors qu'il est actuellement à 9,43 euros bruts. De ce fait le salaire minimum mensuel sera de 1 445,38 euros bruts au lieu de 1 430,22 aujourd'hui pour les salariés étant eaux 35 heures.

Cette augmentation représente en net environ 12 euros ou un salaire de 1 113 euros en moyenne pour trente-cinq heures. Le ministre du Travail explique tout de même que cette revalorisation est supérieure à l'inflation estimée à 0.6% cette année. Il pense ainsi préserver le pouvoir d'achat et surtout l'emploi des personnes les moins qualifiées alors que la courbe du chômage semble amorcer une inversion. Ces déclarations ont été faites au cours d'une rencontre avec les partenaires sociaux qui s'est tenu lundi 16 décembre pour la Commission nationale de la négociation collective (CNNC).

Le nombre de salariés touchant le Smic considérablement augmenté en cette période de crise. Il concerne aujourd'hui 3,1 millions de personnes soit la moitié d'un million de salariées en plus par rapport à 2012. Les smicards travaillent majoritairement dans le privé.

La colère des syndicats

Les syndicats attendaient beaucoup de cette augmentation du Smic en 2014. Ils pensaient pouvoir compter sur une aide substantielle de la part de ce gouvernement. Ils sont donc déçus et fâchés d'apprendre qu'une fois de plus rien n'a été fait en faveur des plus pauvres des travailleurs français. Bien entendu l'augmentation de la TVAZ ou de l'électricité par exemple n'est pas prise en compte. François Hollande avait pourtant annoncé vouloir rattraper ce qui n'avait pas été accordé aux salariés ces dernières années. La commission d'experts a donné un avis pour une augmentation légale argüant qu'un niveau trop élevé réduirait les perspectives d'emploi ainsi que la compétitivité des entreprises.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018