Excite

David Cameron critique l'impôt en France et attend les exilés fiscaux

Ce n'est pas la première fois que les relations entre la France et l’Angleterre sont compromises par une petite phrase malencontreuse et cette fois-ci, c'est David Cameron qui critique l'impôt en France et les mesures que souhaite prendre le nouveau gouvernement Ayrault dans ce domaine, en annonçant qu'il accueillera les riches français qui veulent s'expatrier.

Une provocation délibérée ?

Il était tout à fait logique que David Cameron, chantre du libéralisme le plus brutal, n'ait pas apprécié l'élection en France d'un président de gauche et la constitution d'un gouvernement du même bord.

Toutefois, lorsque Cameron critique la réforme de l'impôt en France et l'impôt à 75%, en disant qu'il est près à accueillir avec les honneurs les Français les plus riches qui souhaiteront échapper aux impôts, la réflexion passe mal, bien que le gouvernement ait décidé de la mettre sur le compte de l'humour anglais, que les Français ne comprennent pas toujours.

Les leçons du gouvernement britannique

Quoi qu'en pense M. Cameron, les Français ont décidé de ne plus accepter une politique qui vise à enrichir les plus riches tout en demandant des sacrifices à tous ceux qui subissent le chômage, les prix en hausse permanente et les effets néfastes d'institutions financières qui se croient tout permis, parce qu'on leur permet tout.

La situation du pays dirigé par M. Cameron n'est certainement pas enviable, si l'on considère le niveau des inégalités, et la récession qui frappe à nouveau un pays déjà exsangue, prouvant ainsi l'échec d'une politique libérale poussée à son maximum.

Il est regrettable qu'après avoir fait échouer les tentatives de réforme des marchés financiers, M. Cameron puisse, avec son arrogance habituelle, tenter de donner des leçons à la France.

La réponse du président français

Quand Cameron critique l'impôt en France, la seule réponse de François Hollande qui se trouvait au sommet du G20 aura été que "chacun doit être responsable de ce qu'il dit". Par ailleurs, il a indiqué qu'il compte bien comparer les politiques fiscales française et britannique, mais il s'est refusé à se détourner de son travail au G20.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017