Excite

Le chômage en Italie : hausse du taux

On apprend début avril que le taux de chômage en Italie, corrigé des variables saisonnières, a atteint des records inégalés depuis 2004. Les jeunes sont principalement touchés, 32% de la population de moins de 25 ans ne trouvent pas de travail. En février le taux de chômage global s'élève à 9,3%, il touche donc près de 10% des citoyens.

En fait, le chômage brut est de 10,9% avec une hausse de 0,9 point pour les jeunes. Le taux global de l'emploi a lui diminué de 56,9% et on enregistre une baisse de l'emploi chez les femmes. Pourtant en une décennie, le taux de chômage en Italie avait été considérablement réduit grâce notamment au vote de certaines réformes sur le marché du travail et de la lutte contre le travail au noir. Il était tombé à 8% ce qui représentait un record depuis 1992. En contrepartie, le travail à temps partiel s'était considérablement développé entrainant un taux de pauvreté important.

Ce n'est pourtant pas ce qui semble effrayer le plus les Italiens du fait de l'importante solidarité familiale existante. Pourtant l'indemnisation du chômage est assez faible comparée à d'autres pays européens. Les dépenses de protection sociale restent faibles, représentant 24% du PIB et sur l'ensemble des dépenses, la partie réservée au chômage est faible. L'Italie a pour particularité d'englober les coûts liés au chômage dans le poste des dépenses sociales comme l'assurance maladie. Après la chute du gouvernement, le chômage est la principale priorité de la nouvelle formation.

Le chômage est défini par la loi et il concerne le chômage total et partiel. Les conditions pour ouvrir ses droits sont de 52 cotisations hebdomadaires durant deux ans. Le montant versé équivaut à 60% du salaire des trois derniers mois d'activité avec un plafond de 858€ pour les salaires inférieurs à 1857€ et 1031€ pour tous les autres. Si le chômeur a moins de 50 ans, il est indemnisé à 60% durant 6 mois en ensuite deux mois à 50% et pour les plus de 50 ans, l'indemnisation est de 60% les six premiers mois, 50% les deux mois suivants et 40% durant 4 mois. Dans le cadre du chômage partiel, un complément de salaire peut être attribué aux employés d'entreprises de certaines catégories ou localités qui ne rentrent pas dans le système de l'indemnisation totale.

Mario Monti : sa proposition

Le 21 mars, Mario Monti présentait sa réforme concernant le marché du travail. Le gouvernement part du principe que le taux de chômage en Italie ne pourra être réduit qu'en minorant l'inégalité entre les jeunes et les salariés en CDD ne pouvant être licenciés du fait des contraintes importantes. Ce serait ces contraintes qui bloqueraient les entreprises pour recruter. Le but serait donc de développer les contrats en CDI en augmentant les charges sur les contrats à durée déterminée. De plus ces contrats seront automatiquement convertis en CDI au bout de trois ans. De plus la loi sur les licenciements changera de façon à le faciliter et à introduire de façon claire le licenciement pour faute grave.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017