Excite

Chypre met les mains dans les poches de ses épargnants pour sauver sa peau

  • Wikimedia commons

Afin de sauver sa peau et récupérer vite et bien une grosse somme d'argent, la petite île de Chypre a échafaudé un stratagème de taxation inhabituel. Alors que les coupes concernent traditionnellement les salaires ou les retraites, le pays a préféré aller grignoter sur une manne que jusque l'à personne n'avait osé toucher : l'épargne.

En effet, en échange d'un plan de sauvetage, l'île promet à la zone euro et au FMI l'instauration d'une taxe inédite sur les dépôts bancaires.

Tout épargnant ayant un dépôt de plus de 100 000 euros dans une banque chypriote se verra taxé de 9,9%, soit une ponction approximative minimum de 1000 euros. En dessous de cette somme, la taxe se réduirait à 6,75%. Total de la manoeuvre : 5,8 milliards d'euros.

Cette mesure exceptionnelle devrait permettre à l'île d'accéder à un plan de sauvetage à hauteur de 10 milliards d'euros, de trouver de l'argent très rapidement sans trop de difficultés bureaucratiques, de faire payer les investisseurs étrangers, russes notamment, qui représentent un tiers des dépôts du pays, et enfin de réduire la somme du plan d'aide afin d'éviter de trop alourdir la dette publique.

Le risque d'un telle mesure est celui de faire fuir les capitaux étrangers, de réduire le pouvoir d'achat des ménages et de donner un sérieux coup de frein à la consommation. L'économie du pays pourrait s'en trouver fortement fragilisée.

Au niveau européen, cette taxe sur les comptes épargnes ouvrirait un précédent qui risquerait de donner de fâcheuses idées aux pays en manques de liquidité, ce qui pourrait faire fuir à priori les épargnants du vieux continent. L'Eurogroupe assure que Chypre restera un cas isolé.

En contrepartie ette taxe devrait participer à la lutte contre le blanchiment d'argent en touchant les investissements russes qui profitent largement du régime fiscal particulièrement avantageux de l'île. En quelques mots, l'idée est de faire payer les mafieux.

Aujourd'hui mardi, le parlement chypriote devrait se prononcer sur la ratification du plan d'aide. La zone euro voudrait épargner les petits déposants en ne touchant que les comptes supérieurs à 100 000 euros. Mais on bout du compte, les créanciers devront le trouver eux, leur compte...

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017