Excite

Contrats signés pour un nouveau canal de Suez

  • Getty Images

Après des années de troubles politiques, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi espère relancer l'économie égyptienne en construisant un second canal de Suez. Six sociétés internationales sont chargées de creuser cette nouvelle infrastructure, elles ont signé le contrat il y a peu.

Les sociétés en question sont National Marine Dredging Co des Emirats arabes unis, les néerlandaises Royal Boskalis Westminster et Van Oord, les compagnies belges Jan de Nul Group et Deme Group ainsi que la société américaine Great Lakes Dredge and Dock. Le général Mohab Memich, directeur de l'Autorité du canal de Suez, a annoncé la composition du consortium au Caire, lors d'une conférence de presse du Premier ministre Ibrahim Mehleb.

L'Egypte espère que l'adjonction du nouveau canal permettra de générer un revenu total tiré de la voie d'eau de 13,5 milliards de dollars (10,7 milliards d’euros) d'ici 2023 contre 5 milliards de dollars actuellement. Le Caire compte aussi créer une plate-forme logistique et industrielle internationale de 76 000 km2 dans la région du canal pour attirer plus de navires et produire plus de revenus. L'armée sera par ailleurs en charge du projet, pour des raisons de sécurité.

Le nouveau canal doit être achevé d'ici août 2015, selon le souhait du président Sissi. Des ingénieurs de l'armée ont entamé les travaux de creusement au mois d'août, lorsque le projet a été dévoilé. Si l'actuel canal de Suez s'étend entre Port-Saïd et Suez sur 162 kilomètres de long, le nouveau canal ne fera, lui, que 72 kilomètres de long. Selon Mohab Mamich, le nouveau projet devrait permettre de créer un million d'emplois. Une chance pour l'Egypte dont le taux de chômage est actuellement de 13%, pour une population de 84 millions d'habitants.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2019