Excite

Le crédit à taux 0 : quelles modifications vont être apportées fin 2012 ?

Initiallement mis en place sous l'impulsion de l'Etat, afin de faciliter l'accès à la propriété pour les primaux accédants, le crédit à taux 0, ou prêt à taux 0 plus, risque de subir des modifications d'ici la fin de l'année 2012, et donc de ne plus pouvoir remplir sa mission première.

Les principes de base du crédit à taux 0:

  • Ce prêt bancaire, bien qu'existant depuis de nombreuses années, a été remis sur le devant de la scène en 2005, avec la volonté de l'Etat français de permettre aux nouveaux acquéreurs d'avoir accès à des logements neufs ou anciens, sans condition. Ce dernier est calculable à partir de plusieurs critères, et permet de réaliser des économies substancielles pour les ménages les plus sensibles.
  • Les critères retenus pour l'attribution du prêt à taux zéro sont le nombre de personnes résidant dans le foyer, le classement de la ville concernée en fonction de sa catégorie (A, B1, B2 ou C), la consommation énergétique du futur logement, mais aussi le coût de l'acquisition. Un plafond a été fixé, limitant la part du prêt à taux 0 à maximum 38% (dans le meilleur des cas) du montant total du coût du futur logement.
  • Ainsi, il est possible, pour les personnes disposant des meilleures conditions de prêt, d'économiser jusqu'à 143.000 euros, que l'on peut économiser sur une période maximale de 30 ans. Plusieurs tranches de remboursement sont mises en place, allant de 20% du montant total de l'acquisition, jusqu'à 40% dans le meilleur des cas).

Les changements à venir pour ce crédit:

  • Dans le cadre de la réforme des niches fiscales, mise en place dès 2011, le gouvernement a pris la décision de revenir sur certains critères importants des conditions d'accès au prêt à taux zéro. En effet, dès la fin 2012, ce crédit ne sera plus accessible que dans le cadre de l'achat d'un bien immobilier neuf, alors que la mouture précédente du prêt permettait l'achat d'un logement ancien. La notion fondamentale de ce revirement de situation est que beaucoup de jeunes actifs désirant acquérir leur premier bien immobilier, vivant dans des villes de moyenne ou grande taille, et ayant des budgets limités, ne pourront plus bénéficier de ce dispositif
  • En effet, les économistes spécialisés dans l'immobilier voient dans cette modification l'occasion de voir le prix des logements repartir à la hausse dans les grandes villes, qu'ils soient neufs ou anciens. Mais ce changement l'est tout autant pour d'autres tranches de la population, qui ne disposent pas d'un budget suffisant pour pouvoir se permettre l'acquisition d'un bien neuf, et devront, si elle souhaitent acquérir une propriété, soit choisir un bien en dehors des grandes villes, soit de vivre dans des logements trop petits pour leur foyer.
  • Cette modification fondamentale verra donc toute une partie de la population, qui souhaite devenir propriétaire, être contrainte de rester locataire si elle souhaite continuer à vivre dans une grande ville, soit de devoir s'expatrier en dehors des grandes agglomérations urbaines, où les prix de l'immobilier sont tout simplement inacessibles.

Des modifications importantes, qui changent la donne

La volonté de l'Etat français de mettre fin à certaines niches fiscales, et donc de réformer le crédit à taux 0 pour les nouveaux acquéreurs, risque fort de ne plus permettre à certaines tranches de la population d'avoir accès à la propriété. En effet, dans les plus grandes villes, les projets immobiliers neufs sont souvent trop honéreux, et ne seront pas accessibles pour de jeunes couples par exemple.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017