Excite

Flexibilité du travail : sujet oublié de la campagne électorale

La flexibilité du travail est un sujet souvent abordé dès que le contexte de l'emploi est mal en point. Il semble pourtant demeurer absent de cette campagne électorale, ce qui peut paraitre surprenant. Qu'est-ce que la flexibilité du travail ? On peut dire qu'elle regroupe toutes les capacités des entreprises qui doivent s'adapter à leur environnement tant sur le plan de la production que sur le marché de l'emploi ou par rapport au contexte économique.

Dans tous les pays européens, la flexibilité du travail a été abordée depuis la crise mondiale. Les mesures de protection des salariés ont été remises en cause en même temps que le plan d'austérité. Ce qui peut entrainer d'ailleurs une sérieuse notion de précarité au sein de la masse salariale. Le gros du problème tient au fait que la productivité et le rendement sont une optique qui ne correspond pas à une meilleure gestion des salariés. Ceux-ci risquent donc de voir, leurs conditions de travail, devenir de plus en plus stressantes avec aucune compensation financière.

Ce sujet n'est pas apparu en France clairement exposé au cours de la campagne, ce qui n’empêche pas les inquiétudes d'une remise en question sévère du droit du travail. L’Italie et l'Espagne se mobilisent et la vague de protestation tend à augmenter, c'est peut-être pour cette raison que la France reste muette sur le sujet. On sait pourtant que des projets de réforme sont à l'étude dans l'entourage proche des candidats.

Le journal "The Economist", hebdomadaire britannique, pense que la France est dans le déni de la crise. Pendant ce temps le MEDEF par la voix de Laurence Parisot essaye d'orienter vers la flexibilité du travail et demande la réduction du préavis de licenciement économique ainsi que la dérégulation du temps de travail. Ce n'est pas pour autant qu'il ait réussi à déclencher un débat. On peut noter que Nicolas Sarkozy qui s'était battu pour ces thèmes en 2007 n'a pas souhaité apparemment renouveler ce choix.

En marge de la campagne, des propositions sont faites

On peut noter que le candidat sortant a tout de même demandé aux partenaires sociaux d'ouvrir une négociation qui permettrait aux entreprises rencontrant des difficultés d'adapter temps de travail et rémunération des salariés. Cependant, il y a peu de chance pour que cette négociation intervienne avant les élections. Le but du MEDEF serait notamment de contourner le licenciement économique en créant un licenciement, appelé "sui généris", qui serait imposable aux salariés refusant de réduire leur salaire ou encore d'augmenter leur temps de travail. Si la flexibilité du travail n'est pas au cœur de la campagne, le sujet est abordé en dehors.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017