Excite

Inquiétude pour l'Espagne : le gouvernement espagnol s'engage

En ce début d'année plus que tourmenté politiquement et économiquement, l'inquiétude quant à l'Espagne gagne du terrain. Madrid vient d'être épinglée par le Commissaire Européen aux Affaires Economiques, Olli Rehn, suivi par Mario Monti, chef du gouvernement italien. L'Espagne doit impérativement réduire son déficit public. La Bourse ne manque pas de réagir. En cette fin Mars 2012, les esprits ne semblent pas s'apaiser.

En 2011 déjà, un vent de révolte grondait sur l'Espagne. Aujourd'hui, le pays est sommé de veiller à son déficit public. La crainte est d'autant plus importante que les pays de la zone euro pourraient avoir à subir la crise économique espagnole : le moins que l'on puisse dire est que la contagion fait peur.

Le marché semblait pourtant s'être calmé ces dernières semaines. Mais l'annonce de la remontée des taux du marché obligataire espagnol a alerté. Rappelons qu'il y a quelques semaines, Mariano Rajoy, premier ministre espagnol s'était déjà attiré les foudres de Bruxelles pour avoir annoncé son engagement sur un déficit à 5,8 % du PIB… bien loin des prévisions de croissance antérieurement fixées à 4,4 % pour 2012.

Pourtant ce weekend, le gouvernement espagnol a promis à divers responsables européens qu'il ferait tout son possible pour réduire le déficit. Reste à savoir si l'Espagne pourra, en 2013, réduire son déficit du PIB (Produit Intérieur Brut). Il faut dire que le pays est en souffrance, d'où l'inquiétude pour l'Espagne ressentie en Europe. Le chômage qui touche la population active frise les 23 %. Malgré tout, le gouvernement espagnol semble prêt à tout faire pour réduire les dépenses. Il compte sur la patience de l'Europe. Notons que la situation dont a hérité Mariano Rajoy en 2011 n'était pas florissante.

Des engagements qui n'ont pas convaincu les marchés

Le taux long sur la dette publique espagnole est donc remonté durement, surpassant le taux long italien. Le regain d'inquiétude pour l'Espagne gagne les marchés financiers d'autant que le pays devra faire face à une récession courant 2012.

Les engagements pris ce weekend par le gouvernement espagnol n'ont pas franchement convaincu la Finlande. Reste à savoir ce que donnera la réunion fixée aux 30 et 31 Mars prochains, et qui réunira les ministres des finances de la Zone Euro. Garder l'œil sur les bourses étrangères, permettra de se faire une idée de la situation en Espagne et en Europe en général.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017