Excite

La fiscalité des actions en 2014

La fiscalité des actions en 2014 change et contrairement aux attentes, elle réserve quelques bonnes surprises pour les actionnaires. En effet, les changements du régime d'imposition des plus-values mobilières ou la création de contrats défiscalisés enchanteront une grosse partie des gens qui épargnent. Il reste à savoir qui en profitera et comment ?

La fiscalité des actions en 2014 est donc plutôt favorable pour bon nombre d'actionnaires qui sauront profiter de ces nouvelles mesures avantageuses. On dirait bien que les pigeons qui sont montés au créneau il y a près d'un an ont obtenu gain de cause en matière de plus-values mobilières. En effet, c'est un revirement total qu'effectue le gouvernement à travers la nouvelle loi des finances. Elle modifie la fiscalité des actions une nouvelle fois, sachant que celle-ci avait déjà été largement modifiée depuis le début du quinquennat de François Hollande. Le cadre fiscal n'est plus pénalisant contrairement à ce que semblaient penser et prévoir un certain nombre d'investisseurs.

Certaines mesures vont positivement dans le sens d'un allègement certain de la fiscalité sur les placements dits à risque et sur les actions. Les plus values de cessions bénéficient d'abattements renforcés. Le barème de l'impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux régissent la revente d'un titre avec plus-value. Pour alléger la facture un peu plus encore, des abattements pour durée de détention peuvent être appliqués. Il est de 50% entre deux ans de détention et huit ans, une hausse importante. Au-delà de 8 ans, il passe à 65% du montant de la plus-value. Avec ces abattements, l'imposition est revenue au même niveau qu'en 2010. Pour les autres valeurs mobilières comme les obligations ou les SICAV monétaires, il n'y a pas d'abattements.

Pour échapper au prélèvement pouvant atteindre plus de 64%, il faut privilégier les enveloppes défiscalisées comme les contrats de capitalisation ou l'assurance-vie. Les dividendes et les intérêts sont également soumis au barème de l'imposition sur le revenu avec cependant une retenue à la source de 24% pour les intérêts de l'année précédente et 21% pour les dividendes, celles-ci constituent une avance sur l'avis d'imposition 2014. Les contribuables seront alors remboursés si besoin ou au contraire, ils verseront le complément nécessaire au paiement. Les prélèvements sociaux se font également à la source. Les ménages les plus aisés peuvent avoir un taux d'imposition allant jusqu'à 40%.

La déclaration du président de la République

Pour annoncer le changement de la fiscalité des actions en 2014, François Hollande en mai lors de sa deuxième conférence de presse à l’Élysée défend largement l'idée de l'allègement fiscal des plus-values en déclarant : « J'estime que quand les investisseurs mettent de l'argent dans l'économie productive, celle qui va créer de l'emploi, celle qui va améliorer la vie, ils prennent un risque. Et la fiscalité doit en tenir compte », avait-il annoncé. Cet allègement viserait d'abord à encourager l'investissement productif pour les ménages.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2020