Excite

Le Club Med retourne dans le rouge

Malgré tous les efforts du PDG, Henri Giscard d'Estaing, pour améliorer les marges du groupe Club Med, le faire monter en gamme et développer son réseau international, le champion des villages de vacances n'échappe pas à la crise du tourisme. Il a essuyé une perte nette de 9 millions d'euros lors de l'exercice annuel clos fin octobre, a-t-il annoncé.

Les analystes s'attendaient à ce que les résultats restent positifs. Mais, face au durcissement du marché, le groupe a décidé de tirer un trait définitif sur quatre sites : Hammamet en Tunisie, Dieulefit (Drôme), Pompadour (Corrèze) et Val-Thorens (Savoie). En conséquence, la direction a prévu des frais exceptionnels qui ont fait plonger les comptes.

Au total, depuis 2006, le groupe a ainsi accumulé une perte totale de plus de 70 millions d'euros. Aux commandes du Club Méditerranée depuis dix ans, M. Giscard d'Estaing aurait évidemment rêvé d'un bilan plus flamboyant.

Mais « dans un contexte exécrable », le maintien d'un résultat opérationnel positif « démontre une nouvelle fois la résistance du Club », juge, dans une note, Guillaume Rascoussier, analyste chez Oddo. Au même moment, Pierre & Vacances comme le britannique Thomas Cook affichent des comptes bien plus dégradés.

Malgré la force de sa marque, le Club Med n'est donc pas immunisé contre les aléas de la conjoncture. Au cours de l'année, il a dû faire face à la baisse du pouvoir d'achat des Français et aux inquiétudes fiscales qui ont incité certains ménages à dépenser moins.

A ce phénomène plus fort que prévu, se sont ajoutés les troubles politiques en Egypte et en Tunisie, deux destinations phares soudain délaissées. Au total, la chute du marché des touristes français est estimée à 6 % par le syndicat professionnel.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018