Excite

Le cours du pétrole en chute libre

  • Getty Images

Victimes de la perspective d'une demande peu vigoureuse en Europe et en Chine doublé de la robustesse du dollar, les cours du pétrole atteignent des niveaux particulièrement bas. Ainsi, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre s'établit à 92,88 dollars (environ 70 euros), son plus bas niveau à New York depuis janvier. Le baril de Brent de la mer du Nord s’échange lui à 100,34 dollars (soit 76 euros) sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, il s'agit de son plus bas niveau depuis le 1er mai 2013.

Les craintes des investisseurs, qui s'étaient préparés à d'éventuelles montées des violences dans le monde, notamment en Ukraine ne se sont pas concrétisées. Les acteurs du marché pétrolier se sont donc de nouveau résignés à "la faiblesse de l'activité économique en Europe et de son ralentissement en Chine" après des chiffres montrant des signes d'essoufflement de la production manufacturière dans ces deux zones.

Surtout, les cours du pétrole continuent d'être gênés par l'abondance de l'offre sur le marché pétrolier. "En Libye, par exemple, la production pétrolière continue de se normaliser graduellement malgré les combats persistants et le chaos politique croissant", ont indiqué les économistes de la banque Commerzbank. Parallèlement la crise ukrainienne ne semble pas avoir eu d'effet majeur sur la production de la Russie, qui "a augmenté de 1,2% en août à une moyenne de 10,5 millions de barils par jour", a rapporté le ministère russe de l'énergie.

Enfin, la forte augmentation du dollar face aux autres grandes devises mondiales, notamment face à l'euro qui évoluait à des niveaux plus vus depuis un an, augmente encore la pression sur l'ensemble du marché des matières premières. En effet, un billet vert plus fort rend les actifs libellés dans la monnaie américaine, comme le brut, moins intéressants pour les investisseurs munis d'autres devises.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017