Excite

Le Financial Times change de propriétaire

«Axel Springer était en discussion avec Pearson depuis près d’un an, alors que Nikkei est entré dans le jeu il y a cinq semaines seulement», rapporte le Financial Times au lendemain de l’annonce de son rachat par le géant japonais des médias, le groupe Nikkei. Et les Allemands d’Axel Springer y ont cru jusqu’au bout, puisque, «un quart d’heure» avant que la nouvelle ne soit divulguée, ils ne savaient pas que le groupe nippon leur avait volé la vedette, précise l’illustre quotidien britannique.

Mais c’est finalement l’offre des Japonais, à hauteur de 844 millions de livres (1,2 milliard d’euros), qui met fin à une période de cinquante-huit ans pendant laquelle le Financial Times était entre les mains de Pearson. Ce groupe basé au Royaume-Uni tend à recentrer ses activités dans le secteur éducatif. En 2007, il s’était déjà séparé du quotidien français Les Echos, revendu au groupe LVMH.

Peu après l’annonce de l’accord, le journal économique japonais Nikkei titrait, triomphant : «Le plus grand média économique du monde est né». Il expliquait par ailleurs que «les traditions et les atouts éditoriaux du Financial Times seraient maintenus» et que «le groupe Nikkei partageait les mêmes valeurs que le groupe Pearson».

Ces cinq dernières années, le Financial Times a vu sa diffusion papier et numérique croître de 30 %, à hauteur de 737 000 exemplaires par jour tous supports confondus. Le Financial Times (également connu sous le nom de son abréviation le FT) est généralement considéré comme le quotidien économique de référence en Europe. Il est particulièrement reconnaissable à ses pages de couleur saumon.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017