Excite

Le nouveau prêt à taux zéro : efficace… ou pas ?

Depuis 1995, quand on veut devenir propriétaire de sa résidence principale, on peut, sous certaines conditions, bénéficier d'un prêt à taux zéro. Plus récemment, il était également possible de prétendre à une maison à 100 000 euros ou au Pass-foncier. Au 1er janvier 2011, ces emprunts n'auront plus cours. Leur remplaçant se nomme le prêt à taux zéro plus. Défini comme plus simple, il s'adressera également à plus de foyers

Lors de la mise en place d'un prêt immobilier, il est ainsi tout naturel de chercher les prêts et les aides permettant de limiter le coût du crédit. Si l'ancien Prêt à Taux Zéro servait de soutien à l'accession populaire, le Prêt à Taux Zéro Plus, lui, favorisera l'accession à la propriété, sans condition de ressources et surtout dans les zones dites A, englobant les zones urbaines les plus chères.

L'importance des zones

Mais, est-ce une bonne opération pour tout le monde ? Pas sûr ! La détermination de la zone d'achat va être très importante, et selon des simulations sérieuses, un achat en zone B ou C, c'est-à-dire en agglomération ou dans les régions rurales, selon les revenus des foyers pourrait être moins avantageux avec un PTZ+ qu'avec un PTZ.

Alors pourquoi ce dispositif ? Pour deux choses, d'abord avec une connaissance du marché immobilier, ce dispositif devrait servir, selon Benoist Apparu, secrétaire d'État au logement, à inciter à acheter dans l'ancien en zone rurale et à acheter du neuf dans les zones les plus chères.

Le temps dira si la mesure du PTZ+ sera aussi populaire que son prédécesseur le PTZ.

Photo : mirci (www.flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017