Excite

L'Espagne remporte la guerre de l'huile d'olive face à l'Italie

Le leader mondial de l'huile d'olive, Deoleo, a été vendu à un fonds d'investissement britannique, préféré à un autre fonds, italo-qatari. Ces transactions ont largement dépassé les frontières boursières, puisque les gouvernements italiens et espagnols se sont mêlés aux discussions.

« L'Italie a perdu la guerre de l'huile d'olive ». Voilà le point de vue du quotidien transalpin La Stampa qui revenait sur la vente du leader espagnol Deoleo au fonds d'investissement britannique Capital Partners, pour plus de 425 millions d’euros. L'autre acquéreur potentiel, c'était, IQ, un groupe italien avec des actionnaires qatari. Cette première transaction assure à Capital Partners le 29,99% du capital. Une offre publique d'achat (OPA) sur l'ensemble de la société suivra.

L'Espagne fournit tout de même la moitié de l'huile d'olive mondiale et la transaction était capitale. A tel point que les gouvernements des deux pays s'en sont mêlés. Côté italien, le Premier ministre Matteo Renzi avait fermement réagi à la réaction du PDG de Deoleo, affirmant que l'offre britannique était plus intéressante. Renzi a regretté « l'aversion idéologique par rapport à des propriétaires italiens. Ceci est inacceptable, je signalerai ça à mon ami, le Premier ministre Rajoy ».

Mais Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, n'a pas été sensible à l'amitié italo-espagnole. Il a préféré sauver un patrimoine national. En vendant à des Britanniques? Pas exactement car si le gouvernement est intervenu dans la transaction, c'est pour s'assurer que les actionnaires ibériques historiques, principalement des banques, puissent conserver 30% des actions de la société. Le groupe pourrait ainsi garder sa « nationalité » espagnole.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2019