L'industrie culturelle à l'agonie : la FNAC a fermé ses portes en Italie

  • Getty Images

La Fnac a décidé de mettre fin a une longue agonie en fermant les portes de ses magasins sur tout le territoire italien.

Autre signal particulièrement inquiétant sur l'état du marché du livre et du disque : l'enseigne qui comptait en Italie huit magasins et près de six cent employés a décidé de se retirer du territoire après treize ans de déficit chronique.

En Europe du Sud particulièrement touché par la crise, l'"agitateur culturel" se maintient encore en Espagne et au Portugal.

L'industrie culturelle est toujours plus à risque. Aux Etats-Unis les librairies Borders qui employaient 19000 personnes à travers le monde, ont tout bonnement disparues. Son concurrent Barnes & Nobles fermera un tiers de ses librairies. Tower Records, autre enseigne culturelle n'existe plus qu'en ligne.

En Grande-Bretagne, le géant du CD et DVD HMV (His Master's Voice) a déposé le bilan. Andys Records, autre grosse enseigne indépendante lui a emboîté le pas.

Ceux qui s'en sortent se sont recyclés en temps et en heure dans une espèce de commerce éditorial, en proposant des produits thématiques et originaux, ou encore en s'enfilant dans des espaces moins concurrencés par le Web, comme la papeterie. La montée en puissance du commerce online – Amazon in primis – et la concurrence numérique de certains produits (musique, film, jeux vidéo) sont en grande partie responsables de cet écroulement.

En France on connaît les difficultés de Virgin Megastore. Surcouf est en liquidation judiciaire et a fermé définivement ses portes en novembre 2012. La Fnac essaie de nouvelles stratégies, comme l'ouverture de magasins dans les gares et aéroports, le développement des rayons enfant. Et cela semble pour le moins fonctionner. L'enseigne ne devrait pas disparaitre du marché français selon les analystes car elle dispose de nombreux atouts.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014