Excite

Les meilleures banlieues parisiennes 2013

Lorsque l’on parle de la banlieue parisienne, il faut bien distinguer la première périphérie de la deuxième couronne. En effet, suite à l’analyse des actes notariaux dès la fin de l’année 2008, on constate que ces deux zones évoluent des manières un peu différentes l’une de l’autre. La petite couronne est la zone constituée des trois départements limitrophes de la ville de Paris: les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94). La grande couronne est composée de la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), l'Essonne (91) et le Val-d'Oise (95). Quelles sont les meilleures banlieues parisiennes pour s'installer?

C'est souvent la naissance des enfants qui provoque le déclic. "A Paris, les grands appartements sont rares : 60 % du parc est composé de studios et de deux pièces", précise Philippe Louchart, économiste à l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) Ile-de-France. Si cette offre est adaptée aux étudiants, aux célibataires et aux jeunes couples, elle ne correspond évidemment pas aux besoins d'une famille de 3, 4 ou 5 personnes. La plupart resteraient sur place s'ils trouvaient des maisons ou des grands appartements bon marché. Quelles sont les meilleures banlieues parisiennes pour acheter? De 2006 à 2010, 9300 personnes ont ainsi choisi Boulogne-Billancourt, 6700 Montreuil, 5700 Neuilly-sur-Seine, 5300 Levallois et Issy-les-Moulineaux. "Ce sont des localités qui ressemblent à Paris, que ce soit par leur densité, leur architecture ou leurs commerces en pied d'immeubles, relève Pierre Mansat (PC), l'adjoint de Bertrand Delanoë chargé des relations avec les collectivités locales d'Ile-de-France. Cela ne traduit aucunement une volonté de changer de mode de vie." En clair : rares sont ceux qui "choisissent" la banlieue. La plupart resteraient sur place s'ils trouvaient des maisons ou des grands appartements bon marché. C'est dans les Hauts-de-Seine que l'on s'installe. Par ailleurs, Saint-Germain-en-Laye semble la mieux adaptée aux seniors, Créteil aux jeunes et Montigny-le-Bretonneux aux familles. Parce qu'il s'agit d'une région urbaine par excellence, la localité statistiquement la plus sûre. On s'installe à Saint-Cloud parce que l'on se trouve près de la capitale, la ville où l'on se loge au meilleur prix. Clichy-sous-Bois est également prisée. En ce qui concerne Boulogne Billancourt, la deuxième ville d'Ile-de-France subit elle aussi les effets de la crise : non seulement les prix ne montent plus, mais ils ont même un peu baissé depuis juin 2008, de 3% en moyenne. Et comme, dans le même temps, le nombre de transactions a diminué de 25%, on peut parier que cette tendance va s'accentuer. La première couronne est plus chère que la seconde. En effet, sur la liste de prix les plus élevés au mètre carré figurent Neuilly-sur-Seine (7.350 E), Levallois (6.080 E), Boulogne Billancourt (5.710 E) ainsi Saint Mandé (5.710 E). Le haut du panier concernant la deuxième couronne est incarné par Saint-Germain en Lay (5.070 E), Versailles (4.730 E), Maison Laffitte (4.500 E) et enfin Croissy sur Seine (4.490E).

Déménagement contraint vers la banlieue

Rares sont ceux qui "choisissent" de déménager vers les meilleures banlieues parisiennes. Comme eux, quelque 50 000 Parisiens quittent chaque année la capitale. Un départ qui, dans l'immense majorité des cas, s'explique par une raison principale: le logement. La faute, bien sûr, à la folie immobilière qui a gagné la ville. "Avec l'envol des prix, même les classes moyennes ont du mal à y rester", résume Mireille Ferri. Parole d'experte: cette élue régionale Verte a non seulement été la principale responsable du schéma d'aménagement de l'Ile-de-France, mais elle a dû elle-même quitter son 95-m2 dans le XXe pour une petite maison à Bagnolet.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018