Excite

Quelle est la ville la plus chère au monde ?

  • Getty Images

Selon l’enquête menée par l’hebdomadaire The Economist, Paris serait la ville la plus chère au monde juste après Singapour. On sait que la qualité se paye, mais les français sont-ils disposés à continuer le prix fort pour profiter de leur capitale ?

Mardi, une enquête réalisée par The Economist Intelligence Unit (EIU) a publié une enquête qui révèle que Paris n’est pas seulement la ville la plus chère d’Europe, avant des villes comme Zurich ou Londres comme on pourrait le penser, mais elle se positionne aussi à la deuxième place du podium des villes les plus chères de la planète, après Singapour et devant Oslo (Norvège). En un an, la capitale française a fait un bond de six places dans le palmarès.

Dans l’ordre, parmi les villes les plus chères au monde on trouve donc Singapour, Paris, Oslo (Norvège), Zurich (Suisse), Sydney (Australie), Caracas (Venezuela), Genève (Suisse), Melbourne (Australie), Tokyo et Copenhague (Danemark, 10ème).

Pour établir ce classement, The Economist Intelligence a comparé le prix moyen de plus de 160 produits dans 140 villes choisies. Des services aux biens de consommations courants comme le pain, le vin de table, le prix du paquet de cigarettes ou encore l’essence. Les calculs sont exprimés en dollars américains.

Paris est plus coûteuse pour sept postes de dépenses sur dix passés au crible par l'étude (transport, logement, santé, alcool...).

À Singapour, certaines dépenses sont disproportionnées comme le prix du permis de conduire ou encore les transports dont les tarifs sont trois plus élevés qu’à New York.

Les villes les moins chères du globe sont à chercher du coté de Bombay (Inde), Karachi (Pakistan), New Delhi (Inde), Damas (Syrie) et Katmandou (Népal).

"L'amélioration de l'environnement économique en Europe, où les villes sont chères à la base, combiné au développement continu des villes asiatiques font que les villes les plus chères du monde continueront d'être situées dans ces deux régions", a déclaré dans un communiqué le responsable de l'étude, Jon Copestake.

"Mais les villes les plus pauvres du monde continuent également d'être en Asie, notamment sur le sous-continent indien", a-t-il ajouté.

A noter que l’étude se place sous l’angle de l’expatrié. Les expatriés yen ou dollar souffrent davantage dans les villes européennes étant donné le taux de change élevé de l’euro.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2019