Excite

La réforme bancaire selon François Hollande

Après l'ISF, François Hollande veut s'attaquer au dossier délicat concernant les banques. Le but premier de la réforme bancaire est de séparer les activités bancaires de façon à pouvoir garantir la sécurité des dépôts. Pour lui et bien d'autres d'ailleurs, les contribuables n'ont pas à supporter l'éventuelle faillite d'une banque. Les gouvernements se sont déjà souvent posé la question de savoir comment il était possible de remédier à ce problème sans toutefois proposer de véritables solutions. Il faudrait bien entendu pouvoir séparer les activités de marché considérées comme étant potentiellement à risque et les activités simples de dépôts bénéficiant d'une protection publique.

Paul Voleker, l'ex-président de la réserve fédérale était parvenu à faire voter un texte en 2010 qui interdisait aux banques de passer des ordres de négoce en nom propre. Considérant que contrairement aux ordres passés pour le compte de sa clientèle, ces actions s'apparentaient à de la simple spéculation. Au Royaume-Uni, John Vickers a lui instauré une vraie cloison entre les banques dédiées aux particuliers et aux PME et les banques d'investissement et de gros. Ces textes ne sont toujours pas réellement mis en application, la réforme de Voleker ne fait pas l'unanimité et fait face à une hostilité croissante aux États-Unis. La réforme britannique devrait être votée en 2015 seulement, et applicable à partir de 2019.

Le projet de François Hollande devrait s'inspirer de nombreuses réflexions qui sont en cours actuellement. Si les banquiers sont bien entendu réticents, et malgré leur scepticisme, il est probable que cette réforme soit inspirée par la réforme anglaise, en l'assouplissant quelque peu. Il ne serait pas question de séparation juridique proprement dite, mais plutôt de cloisonner de façon nette et claire les différentes activités. Ce texte pourrait être adopté au début de l'année 2013.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017