Excite

Le scandale du Libor ou la manipulation d'un taux interbancaire

La City est sous le choc du scandale du Libor (London Interbank Offered Rate), taux interbancaire londonien, dont décident une quinzaine de grandes banques, parmi lesquelles on compte Barclays, Royal Bank of Scotland, pour la France, BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole, la Deutsche Bank pour l'Allemagne... Quelques explications s'imposent.

Que représente le Libor ?

Ce taux est la référence qu'utilisent les banques les échanges entre elles et pour 447.000 milliards d'euros de produits dérivés de taux, des crédits pour étudiants, des prêts immobiliers ou des cartes de crédit, mais il est fixé par une quinzaine de grande banques, sans aucun contrôle.

Pour cette raison, l'impact du scandale du Libor n'atteindra pas seulement des établissements financiers, mais aussi des particuliers, dont les taux d'intérêt de prêts ont été faussés, à la hausse ou à la baisse.

Les événements

Les dirigeants de la Barclays ont admis, le mois dernier, avoir manipulé le Libor, entre 2005 et 2009, dans un premier temps pour faire apparaître des profits plus importants pour le groupe, puis pour améliorer artificiellement les résultats de la banque pendant la crise financière.

Ils ont finalement dû démissionner, mais ils prétendent que les autorités de surveillance ne les ont pas empêchés de procéder à ces manipulations et l'opinion publique est particulièrement choquée de constater que des dizaines de milliards ont été mobilisés pour "sauver" ces banques.

La France aussi ?

Si seule la Barclays a reconnu ses agissements illicites, les autres banques intervenant dans le processus sont bien évidemment dans le collimateur des régulateurs.

C'est ainsi que d'anciens employés de la Société Générale et du Crédit Agricole sont soupçonnés d'avoir eu des contacts avec les traders de la Barclays, responsables de ces opérations, et font donc l'objet d'une enquête.

Faire cesser le scandale à tout prix

La Barclays a dû payer une amende de 362 millions de dollars en raison de son implication dans le scandale du Libor, et la Deutsche Bank a proposé de coopérer avec les autorités pour obtenir un allègement d'une peine éventuelle. Entre commission d'enquête parlementaire et enquête pénale en Grande-Bretagne ou enquête de la Commission européenne, il n'est pas certain que les banquiers voyous soient finalement poursuivis.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017