Excite

Swissleaks: l’optimisation fiscale banalisée

  • Getty Images

Les fichiers confidentiels soustraits par Hervé Falciani à HSBC Private Bank, à Genève, contiennent des informations sur plus de 106 000 clients d'environ 200 pays et totalisant des dépôts de quelque 100 milliards de dollars. L'ex-salarié de HSBC avait dérobé ces fichiers, fondements de l’affaire Swissleaks, pour les transmettre aux autorités fiscales françaises.

Ces données ont été passées au crible par des journalistes de plus de 40 pays appartenant au réseau du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Les fichiers consultés par les rédactions contiennent les bases de données clients (noms, dates de naissance, numéros de passeport), les notes des banquiers et les numéros IBAN des comptes, des mouvements bancaires, notamment. Selon les différents médias, il n'y a donc aucun doute sur leur authenticité.

L’enquête des journalistes révèle des pratiques systématiques d'évasion fiscale. La banque HSBC a notamment abrité, jusqu'à récemment, l’argent de narcotrafiquants et de financiers du terrorisme tels des Saoudiens suspectés d’avoir financé Oussama ben Laden dans les années 2000. S'y mêlent également réseaux de blanchiment, ventes d’armes et commerce illicite de diamants.

Rappelons qu’en France, HSBC Private Bank a déjà été mise en examen fin novembre pour démarchage bancaire et financier illicite et blanchiment de fraude fiscale en 2006 et 2007. Une caution de 50 millions d'euros lui a été demandée par les juges. Suite à la publication lundi des révélations dans "Le Monde", une source judiciaire citée par Reuters précise : «Le Parquet national financier est en train d'analyser les éléments. Il en tirera toutes les conséquences qui paraissent devoir s'imposer».

HSBC quant à elle fait son mea culpa dans un communiqué : «HSBC Private Bank a accueilli un certain nombre de clients qui n’étaient pas entièrement en règle avec leurs obligations fiscales. La culture de complaisance et les standards de due diligence chez HSBC Suisse étaient nettement plus bas qu’aujourd’hui».

Franco Morra, patron de l'établissement genevois, affirme que sa banque a entamé une «transformation radicale» dès 2008 afin d'éviter que ses services «soient utilisés pour l'évasion fiscale ou pour du blanchiment d'argent». Le nombre de comptes clients de HSBC Private Bank est passé de 30 412 en 2007 à 10 343 à la fin de l'année dernière, précise l'établissement, qui assure pleinement coopérer avec les autorités enquêtant sur ce sujet.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017