Excite

Technicolor, plan de redressement du groupe

Technicolor, leader technologique mondial dans le secteur de la vidéo et de l'image numérique a annoncé dernièrement une augmentation de capital qui permettrait de réduire sa dette. Par ailleurs, le groupe a reçu une proposition de la banque américaine JP Morgan, premier actionnaire qui détiendrait 25 à 30 % du capital de Technicolor.

Technicolor, qui comptait 58000 salariés en 2003 a vu ses effectifs se réduire à 17000 dont 2000 en France. Un vrai désastre pour le groupe dont l'activité s'est dégradée au fil du temps. D'ailleurs, les syndicats ont dénoncé l'absence totale de projet stratégique, s'inquiétant pour l'avenir des salariés. En effet, Technicolor a annoncé, fin 2011, un plan de réduction de ses effectifs visant à supprimer à nouveau 600 postes dans le monde, dont 125 en France : 44 à Rennes et le reste à Issy-les-Moulineaux. De plus, le groupe compte fermer son site de production à Angers, qui emploie 330 salariés.

Technicolor - ex Thomson, le spécialiste des technologies utilisées dans l'industrie du divertissement - a élaboré un plan stratégique visant à réduire sa dette. Pour ce faire, il a lancé une augmentation de capital générant ainsi un flux de trésorerie supérieur à 400 millions d'euros. Ce plan est prévu pour trois ans.

Le groupe a annoncé fin Février 2012 avoir subi une perte de 324 millions d'euros durant l'année 2011 pour un chiffre d'affaire de 3,45 millions d'euros. Son endettement avoisine le milliard d'euros. Mais Technicolor devrait pouvoir redresser sa situation financière en adaptant un plan.

Pour aider Technicolor, Eric Besson a demandé au Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) d'effectuer une étude en vue de l'entrée du FSI dans le capital du groupe. Le ministre a précisé que cette solution permettrait d'obtenir stabilité et pérennité.

Redressement du groupe

L'arrivée du nouvel actionnaire dans le capital de Technicolor devrait apporter une bouffée d'oxygène au groupe. Ainsi, l'ex-fleuron de la technologie française pourrait offrir une porte de sortie honorable à ses actionnaires. Enfin, l'emploi des salariés du groupe ne serait peut-être pas menacé, dans un proche avenir tout du moins. Force est de constater que le gouvernement actuellement en place déploie toute l'énergie dont il est capable pour sauver la situation.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017