Excite

UFC: les vrais tarifs des cartes bancaires

Selon UFC Que Choisir, la carte bancaire souffre, pour ses détenteurs, de multiples maux. En premier lieu, les prestations seraient au-delà des besoins comme c’est le cas de la carte internationale qui est souvent imposée aux clients. Un autre souci serait le manque de transparence des frais. L’UFC estime que 15% environ de la cotisation annuelle pour une carte de crédit n’a pas de justification économique clairement définie.

Mais le principal reproche porte sur les facturations lors de dépassement de découverts autorisés qui se monteraient à plus de 2,7 milliards d’euros par an, dont 1,8 milliards en commissions d’intervention. Ces dernières ne couteraient que 172 millions aux banques. La faute en reviendrait en partie au terminal de paiement qui ne s’assure pas systématiquement que le client possède la somme demandée sur son compte. Dès qu’il y a dépassement du découvert autorisé, il y a des incidents de paiements et donc des commissions d’intervention. Celles-ci sont facturées en moyenne 8,50 euros chacune au détenteur du compte.

En avril dernier, l’Autorité de la concurrence avait annoncé que le Groupement des cartes bancaires avait pris l’engagement de réduire de près de 25% les commissions interbancaires de paiement. Celles-ci représentent 1,5 milliards d’euros par an. Il avait également promis d’abaisser les coûts en cas d’avalement de la carte par le distributeur de 50%. Quant aux commissions de retrait, elles devaient rester inchangées. Cela aussi est intéressant puisque, lorsque nous retirons de l’argent dans un distributeur d’une autre banque que la nôtre, notre banque paie pour le service et se fait payer quand c’est un client de l’autre banque qui retire de l’argent à l’un de ses distributeurs. Dans tous les cas, les banquiers facturent et les clients sont débités. De quoi être dépités, non ?

Source Photo : Andres Rueda (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017